• Le Brabant wallon en chiffres Edition 2021



    Afin de donner un maximum de visibilité à ce travail approfondi, vous pouvez consulter la brochure sur cette page de l'intercommunale InBW
  • Unité Scoute Alvéo à la recherche de locaux pour la rentrée !



    L'unité scoute Alvéo - 1ère BW bénificie actuellement d'un local à côté de la Chapelle de Beaurieux, Rue Grand Philippe.

    Nous y rangeons le matériel scouts: malles de camp, matériel pour les activités et les baladins l'utilisent également pour quelques activités en intérieurs, ponctuellement.
    La possibilité d'occuper ces locaux va se terminer cet été. Le Doyenné a un projet immobilier et nous devons quitter les lieux.
    Nous sommes à la recherche de nouveaux locaux, un peu urgemment donc...!

    La commune n'a malheureusement pas de solution à court terme et toute piste qui permet de dépanner pour le stockage du matériel et/ou pour un espace d'animation sera plus que la bienvenue!

    Contacts: unite1BW@gmail.com
    Dorothée Gillon - (Serval) 0473-298 784

    L'unité scoute Alvéo a été créée en 2016 et fait partie des 4 unités scoutes de Court-St-Etiennne.
    Elle compte envitons 60 animés et un vaingtaine d'animateurs. Elle participe notamment, en collaboration avec le Forum Stéphanois et la commune, à la plantation des narcisses le long de nos routes.
  • Opération pour le Développemnet Rural (ODR) et Commission Locale pour le Développement Rural (CLDR)


    Durant ce mois de mai, la Commission Locale pour le Développement Rural (CLDR) s'est réunie pour la première fois en distanciel.
    Son travail va se prolonger dans le temps sur plusieurs années, de l'ordre de 10 ans.

    La commission est composée de citoyens et d'élus locaux.
    Si vous ne faites pas partie de la commission, mais un des thèmes vous interpelle, ou vous pensez pouvoir apporter une idée, une expertise, un coup de main. N'hésitez pas à contacter la commission.

    Contact: Valentine de Mérode - Ecoconseillère - vme@court-st-etienne.be  -  010 62 06 25
    Pour rappel vous pouvez retrouver les informations à propos de l'Opération pour le Développement Rural via le lien suivant:


    Vous y trouverez notamment un descriptif des thématiques abordées.

  • Conférence sur l'avenir de l'Europe


    La Conférence sur l'Avenir de l'Europe permet aux citoyens d'exprimer leurs idées. C'est aussi un carrefour pour l'organisation et la participation à des événements en rapport avec les thèmes de la Conférence.


    Thèmes


  • Quai libre



    Comme vous le savez peut-être déjà, ayant signé une convention de 8 ans avec la SNCB pour une occupation du bâtiment tout entier, le projet Quatre-Quarts s’émancipe et créé un nouveau projet au sein de la gare de Court-Saint-Etienne !

    Dans le cadre de ce projet intitulé « QUAI LIBRE », nous souhaitons accueillir avec nous d’autres porteurs de projets inspirant pour cohabiter et faire de la gare de Court-Saint-Étienne, UNE PÉPINIÈRE D’ACTIVITÉS AUX MILLE PERSONNES ET MILLE IDÉES ! ????????

    L’enregistrement vidéo de la présentation publique du 21 avril est visible directement ci-dessous. Vous trouverez un dossier complet vous présentant les différents éléments au format PDF en cliquant sur ce lien.

    Envie de venir visiter les lieux ? Prenez rendez-vous ici.

    Intéressé·e par une occupation? Remplissez ce formulaire-ci.

  • Le Chiffre du mois



    255 des 3.641 Stéphanois âgés de 18 à 64 ans ayant un emploi en 2018 travaillaient dans la commune et, donc, 3.386 personnes quittaient quotidiennement Court-Saint-Etienne pour rejoindre leur lieu de travail. Ils pouvaient ainsi croiser 1.685 personnes qui venaient travailler à Court-Saint-Etienne, tout en résidant dans une autre commune. A titre de comparaison, en 2012, 283 Stéphanois travaillaient à Court-Saint-Etienne, 3.150 rejoignaient leur lieu de travail hors de la commune, en croisant 1.222 non résidents qui venaient travailler à CSE

     

    Source : Steunpunt Werk KUL

    https://www.steunpuntwerk.be/cijfers s 


  • A la recherche d'un vélo ?


  • Economie collaborative & bénévolat dans des associations sportives : quel régime fiscal pour 2021 ?








    Economie collaborative & bénévolat dans des associations sportives : quel régime fiscal pour 2021 ?


    Beaucoup se souviendront que le gouvernement Michel avait instauré en juillet 2018 un régime fiscal favorable – pas de taxes & de cotisations sociales sur 6.000 euros – pour les services entre citoyens, l’économie collaborative et le travail associatif réglementé. Le bénéficiaire devait remplir certaines conditions (pensionné, travailleur pour au moins 4/5 temps, indépendant à titre principal) pour revendiquer ce régime.

    Coup de tonnerre en avril 2020, la cour constitutionnelle annule la loi sur ce qu’on a appelé ‘les 6.000 euros défiscalisés’, mais avec un maintien des dispositions contenues dans cette loi pour les prestations jusqu’au 31/12/2020, dont le montant maximum, après indexation, était de 6.340 euros.

    Et donc que fait-on en 2021 ? Exit la mesure ‘Michel’ abrogée ! Quels régimes fiscal & social pour ces secteurs ?

    Lien vers l'article complet

  • Crowdfunding de l'ASBL Coup de Pouce pour l'avenir




    On voit le bout du tunnel...
    ... Le tunnel de notre nouvelle serre. Bien sûr !


    C'est avec l'appui de CAP48, qui nous soutient depuis toujours, que nous relançons une nouvelle campagne de crowdfunding pour soutenir le projet des Jeunes Volontaires.

    Cette année nous aimerions développer l’aspect écologique du projet, en favorisant la culture, en aménageant un potager, un poulailler, un compost et un petit étang. 
    Tout cela permettra aux personnes porteuses d'handicap d'apporter une plus-value dans la société et plus spécifiquement localement en offrant des dons de semis et de récoltes. 

    Nous comptons particulièrement sur vous pour soutenir ce projet qui permet à nos bénéficiaires porteurs d'une déficience mentale de trouver un espace de transition entre l'école et la vie active. 

    Beaucoup d'entre vous répondront positivement et nous les en remercions déjà, mais en plus, nous vous demandons de diffuser cet email à votre liste d'adresses, car nous avons besoin de tous.

    Il est important pour nous de toucher un maximum de monde car cette année encore nos activités lucratives traditionnelles seront plus que probablement perturbées en raison du Covid.



  • Chemin n°33 à Faux de nouveau ouvert


  • Les photos de l'Usine Emile Henricot disponibles sur le site www.numeriques.be


  • Aide Alimentaire - appel aux dons


  • Balades de printemps


  • Merci à Aer Aqua Terra asbl !



    Ce mois de mars, l'asbl Aqua Terra, qui s'est spécialisée dans le nettoyage de nos rivières, travaille avec des bénévoles dans la Dyle et l'Orne.
    A voir les photos, le passage en vaut la peine ! En visitant leur page vous lirez que leurs journées sont réussies, entre étonnement, stupeur et éclats de rire !

    Plus d'info sur : Aer Aqua Terra asbl

    Envie de participer ? Il reste des places jusqu'au 31 mars !

    La prochaine fois ce sera en 2022 !
















  • Still Standing For Culture


    Un appel à agir et affirmer que « la Culture n’est pas une variable d’ajustement »[1]


    Le 20 février, à l’occasion de la journée internationale de la Justice sociale et suite à la mobilisation lancée par Still Standing For Culture, des milliers de manifestants se sont mobilisés pour sortir de l’invisibilité et de l’isolement forcés les acteur.rice.s et les travailleur.euse.s de la culture en Belgique. Dans plus de 120 localités du pays, ils ont été des milliers à investir l’espace public pour dénoncer l’impasse de la stratégie gouvernementale dans sa gestion de la crise. Still Standing For Culture appelle à ne pas arrêter la mobilisation, car la mise sous cloche de pans entiers de la société n’est plus une stratégie acceptable aujourd’hui.


    Suite aux mobilisations du samedi 20 février, la coalition « Faire front » s’est rassemblée devant le cabinet de la ministre de la Culture pour témoigner du soutien de diverses associations au monde de la culture et pour demander la réouverture du secteur, avec le soutien public adéquat à cette reprise dans de bonnes conditions.


    Le 13 mars, un an après le début du premier confinement, un autre appel a été lancé pour faire de ce 13 mars une nouvelle occasion de réaffirmer que le “modèle” de société à l’œuvre depuis un an n’a rien d’une évidence rationnelle ni d’une fatalité sanitaire. Il s’agit de choix idéologiques qu’il est devenu urgent de rectifier. Nous voulons des rééquilibrages solidaires et non des assouplissements ! Afin que tous les pans de la société trouvent leur place dans une période qui s’est installée dans le long terme.


    Des actions> symboliques se sont de nouveaudéroulées à différents endroits du pays, devant les centres culturels, comme à Ottignies, et d’autres lieux culturels et de spectacle, dans les marges et les interstices des règles actuelles : des actions qui feront résonner des formes artistiques avec des lieux et des situations symboliques de la crise; des actions qui multiplieront convergences et liens solidaires avec les catégories de la population “oubliées” par les choix politiques.


    Parallèlement, Still Standing For Culture a lancé un Appel à agir pour :


    • Sortir de l’invisibilité et de l’isolement forcés des acteur.rice.s et des travailleur.euse.s de la Culture en Belgique
    • Rappeler qu’au-delà du poids économique du secteur culturel, au-delà des vies et des existences mises en péril par l'arrêt de nos activités, il y a urgence à défendre la culture comme bien commun, et l’accès à la culture comme droit fondamental au même titre que l’accès aux soins, à l’éducation ou à la justice.
    • Sortir de la logique d’un régime d’urgence et d’exception, alors qu’au fil des vagues de Covid-19 nous nous trouvons manifestement dans une situation de long terme, face à des mesures devenant structurelles.
    • Rappeler qu'il n'y a pas de lien direct entre la nécessité de mesures sanitaires et la place à laquelle est reléguée la culture depuis près d'un an. Des rassemblements de plusieurs centaines voire de milliers de personnes sont autorisés quotidiennement lorsqu'ils sont liés à des activités marchandes, tandis que des activités culturelles soumises à des protocoles stricts restent interdites. Ces choix déséquilibrés mènent, à la longue, à affecter gravement nos santés mentales, le tissu social, mais aussi la continuité de missions de service public et les contre-pouvoirs nécessaires dans une société démocratique.
    • Recommencer à faire culture, sans en attendre l’autorisation. Dépasser la posture d’un secteur lésé. Déplacer nos regards et nos perceptions. Interroger les évidences. Subvertir l’ordre établi, comme un carnaval. Raconter d’autres récits. Penser collectivement la situation actuelle. Manifester nos désirs de vivre et d’exister. Faire des liens, sans nier nos singularités – des arts à l’éducation permanente, de la culture à l’enseignement, de la santé mentale à la santé physique,...
    • Forcer le monde politique à sortir de son silence et de son indifférence, et amener gouvernement et virologues à considérer d'autres manières de gérer l’épidémie.
    • Défendre un principe de justice sociale et d’intérêt collectif : celui de répartir équitablement le poids des efforts sur l'ensemble de la société. En soutenant prioritairement les pratiques, les métiers et les travailleur·se·s des secteurs les plus fragiles qui ne survivront pas à des arrêts d’activité successifs et prolongés. En instaurant une politique de prévention globale des risques (sociaux, psychosociaux et économiques) dans l’intérêt de chaque citoyen·ne. La santé de l’âme et de l’esprit est indissociable de celle du corps. Il est temps de reprendre soin des liens sociaux, mais aussi du droit de se réunir et de s’exprimer.


    Mais qu’est-ce que Still Standing for Culture ?


    C’est un rassemblement de circonstance qui réunit des travailleur·se·s de la culture, des lieux culturels et des fédérations artistiques. Son objectif n’est pas de créer une nouvelle structure, de s’instituer porte-paroles du secteur, ni déterminer des actions figées auxquelles chacun·e devrait se rallier.


    Différentes possibilités d’actions s'offrent à nous...


    -> Des vidéos, capsules sonores, articles, cartes blanches, affiches, voire des spots ou des encarts pour les institutions qui bénéficieraient de partenariats avec des médias

    -> Des manifestations autorisées dans l’espace public, comme projeter des oeuvres ou y déployer des banderoles, en allumant les enseignes de nos salles, en organisant des performances sur nos balcons, des apparitions artistiques surprises dans l’espace public, des interventions culturelles à l’intérieur des bulles sociales tolérées, en sollicitant les lieux culturels actuellement ouverts (librairies, galeries, musées), voire des commerces solidaires pour qu’ils accueillent des performances et/ou affichent leur soutien, ou encore en déambulant collectivement en ville en diffusant de la musique.


    En savoir plus sur les prochaines actions de Still Standing For Culture, voir le site web collaboratifhttp://www.stillstandingforculture.be/

    https://www.facebook.com/watch/stillstandingforculture/



    [1] “La culture n’est pas une variable d’ajustement ” (Carte Blanche), Le Soir, 21 décembre 2020 (en ligne) https://plus.lesoir.be/344860/article/2020-12-21/carte-blanche-la-culture-nest-pas-une-variable-dajustement

  • Lettre ouverte des personnes sans-papiers à leurs voisin.e.s


    SOUTIEN
    Devenez l’un.e de nos 150 000 porte-voix





    La Coordination des Sans-Papiers de Belgique soutenue par de nombreuses associations lance une campagne de sensibilisation sous forme de lettre ouverte associée à une pétition, afin de recevoir l’appui de 150.000 citoyens prêts à être les porte-voix des 150.000 personnes vivant en Belgique sans papiers (nombre estimé de sans-papiers sur notre territoire).


    Lettre ouverte des personnes sans-papiers à leurs voisin.e.s


    Cher·ère·s voisin·e·s,


    Nous nous permettons de nous adresser à vous aujourd’hui sans détours. Régulièrement, nous nous croisons. Vous nous connaissez comme la mère d’un·e camarade de classe de votre enfant, comme l’épicier du coin de la rue, la personne qui fait le ménage dans vos bureaux ou qui dépanne votre chaudière.


    Comme vous, nous travaillons, nous payons un loyer, nous trions nos déchets,... Bref, nous sommes des citoyens ordinaires. À un détail près... aux yeux de l’État nous n’existons pas.


    On dit de nous que nous sommes environ 150 000 en Belgique, à vivre sans papiers. Nous y vivons parfois depuis 5, 10 ans voire beaucoup plus. Certain·e·s d’entre nous sont né·e·s ici.


    Alors que nous travaillons, nous ne pouvons bénéficier de protection sociale. Nos soins de santé ne sont pas remboursés, nous n’avons aucun filet de sécurité quand nous perdons notre emploi. Sans existence légale, nous nous retrouvons à la merci de patrons abuseurs et de marchands de sommeil sans parler du fait que les femmes parmi nous sont exclues des dispositifs existants pour les protéger des violences lié·e·s au genre.


    Depuis de nombreuses années, nous interpellons les décideur·se·s politiques belges par tous les moyens à notre disposition (manifestations, pétitions, occupations,...) pour trouver une solution durable et raisonnable à notre situation.


    C’est pourquoi nous nous adressons à vous aujourd’hui. Vous, citoyens, détenez un droit fondamental qui change tout : le droit de vote. Les élus sont manifestement persuadés que notre sort vous importe peu, voire que l’opinion publique est opposée à la régularisation de notre situation. Or, nous avons envie de croire aujourd’hui qu’un nombre conséquent de Belges est à nos côtés. Pour leur démontrer, nous vous demandons aujourd’hui de vous manifester. Nous voulons faire le pari qu’il est possible de mobiliser un·e citoyen·ne pour représenter chacun·e d’entre nous et d’arriver au résultat symbolique de 150 000 porte-voix.


    Faisons entrer les personnes sans-papiers dans l’état de droit et signez la pétition en ligne : wearebelgiumtoo.be


    8 bonnes raisons de soutenir la régularisation

    1.

    Régulariser, c’est lutter contre le travail au noir et la fraude sociale.


    2.

    Régulariser les travailleurs et travailleuses répondrait au problème de pénurie de main-d’œuvre.


    3.

    Cela rapporterait par ailleurs jusqu’à 65 millions d’euros nets par mois dans les caisses de la sécurité sociale*


    4.

    Les expulsions et la détention en centre fermé coûtent très cher à l’État.


    5.

    Régulariser est la condition sine qua non au respect des droits fondamentaux de toutes les personnes vivant en Belgique.


    6.

    Régulariser, c’est lutter contre l’exclusion sociale, le racisme et la montée de l’extrême droite.


    7.

    La Belgique a déjà mené des campagnes de régularisation sans que cela n’engendre d’«appel d’air». Cette crainte est donc injustifiée.


    8.

    Régulariser, c’est rendre leur dignité aux femmes, hommes et enfants qui ont déjà tout perdu.


    *Selon une étude de la CSC Bruxelles

  • Court-St-Etienne - commune cyclable


    Court-St-Etienne fait partie  des 116 communes sélectionnées et recevra un subside de 300.000 € pour l'aménagement des voies cyclables et la promotion de l'usage du vélo.


  • La Maison Croix-Rouge d'Ottignies-LLN , Court-Saint-Etienne


    Les maisons Croix-Rouge (MCR)

    Acteur de référence dans le domaine de l'action humanitaire, la Croix-Rouge de Belgique mène depuis 1864 un combat de tous les instants pour soulager la souffrance des hommes et prévenir les crises humanitaires. Les actions de la Croix-Rouge sont en toutes circonstances guidées par les Principes fondamentaux d’humanité, d’impartialité, de neutralité, d’indépendance, de volontariat, d’unité et d’universalité. Des milliers de Belges bénéficient de l'action bénévole de 11.000 volontaires de la Croix-Rouge qui offrent leurs compétences, leur temps et leur énergie au service des autres, et en particulier les personnes en situation de pauvreté et de vulnérabilité.

    En Wallonie et à Bruxelles, la Croix-Rouge s’appuie sur une centaine d’entités locales et des milliers de bénévoles. On retrouve sur le plan local deux types d’activités : l’action sociale de proximité et les secours. Ce sont ces équipes locales qui interviennent au quotidien auprès des personnes vulnérables, isolées ou vivant dans la précarité. En fonction des besoins, elles proposent également du matériel paramédical, forment aux gestes qui sauvent, soutiennent le don de sang, proposent des articles de seconde main et répondent aux situations d’urgence.

    La Maison Croix Rouge d’Ottignies, Louvain-la-Neuve, Court-St-Etienne

    Localisée rue de Franquenies 10, 1341 Ottignies et présidée par Anne Ruwet, la MCR et plus particulièrement son pôle « Action sociale » mène des actions au niveau de 8 thématiques : la lutte contre la solitude des ainés, les épiceries sociales, les formations « Premiers secours », la location de matériel paramédical, la Vestiboutique, la bouquinerie, la brocante et, bien sûr le don de sang.

    1.  La lutte contre la solitude des aînés : visites de courtoisie auprès des personnes isolées.

    Vous vivez isolé et vous vous sentez seul? Sur simple demande, un ou une de nos bénévoles vous rend visite chaque semaine. Une occasion de bavarder, boire un café, partager une activité ou une promenade… et de renouer avec le plaisir d’être en lien, tout simplement.

    Ne restez pas seul

    Vous pouvez faire appel à ce service quel que soit votre état de santé, votre situation financière, votre environnement familial… Nous répondons à toutes les demandes, en donnant la priorité aux personnes âgées, de plus en plus nombreuses à se sentir seules.

    Un moment de rencontre, chaque semaine

    Toutes les semaines à un moment convenu ensemble, un ou une de nos bénévoles vient passer un moment avec vous à votre domicile. Vous n’avez pas à vous déplacer. Vous renouvelez ces rendez-vous aussi longtemps que vous avez plaisir à ces moments à deux. Vous bénéficiez ainsi d’un accompagnement de qualité, dans la durée.

    La solidarité au service de l’autonomie

    Ce programme d’accompagnement à domicile est entièrement gratuit. La Croix-Rouge l’a mis sur pied en 2008. Depuis lors, nos bénévoles ont aidé des centaines de personnes âgées et isolées à retisser un lien social et à vivre mieux, chez elles. Ce service que propose la MCR d’Ottignies-Court-Saint-Etienne porte le nom d’Hestia, en référence à la divinité grecque du feu sacré et du foyer.

    Pour tout renseignement, contactez Anne Defalque à l’adresse anne.defalque61@gmail.com .

    2.  Les épiceries sociales

    Chaque semaine, des personnes en difficulté financière y trouvent ce dont elles ont besoin, avec un accueil attentif et respectueux, dans une atmosphère chaleureuse.

    Biens essentiels à moitié prix

    Les épiceries sociales proposent des produits de première nécessité pour la moitié du prix pratiqué en grandes surfaces, voire gratuitement en cas d’urgence sociale.

    Un lieu d’entraide

    Nos bénévoles ont à cœur d’offrir un accueil agréable et convivial dans le magasin. Vous faites vos courses en toute dignité, avec des personnes qui traversent les mêmes difficultés que vous. Souvent des contacts se nouent, des projets de solidarité s’organisent.

    Un coup de pouce ponctuel

    Parce qu’il s’agit d’un coup de pouce pour surmonter des difficultés momentanées, l’accès aux épiceries sociales est limité dans le temps, et vous ne pouvez y dépenser qu’un montant limité par mois, en fonction du nombre d’adultes et d’enfants de votre ménage. Pour pouvoir bénéficier des services des épiceries sociales, vous devez disposer d’un réquisitoire qui vous est transmis, soit par le service social du CPAS d’Ottignies-LLN ou Court-Saint-Etienne, soit par le service social des étudiants de l’UCLouvain.

    La MCR gère deux épiceries sociales dans les entités de Court-Saint-Etienne et Ottignies. Des bénévoles sont constamment recherchés pour porter main forte aux équipes en place.


    La première épicerie sociale est localisée Clos de l’Aciérie, 1 à Court-Saint-Etienne. C'est un projet porté par la Croix-Rouge de Belgique, en partenariat avec Apides asbl et les CPAS de Court-Saint-Etienne et d'Ottignies-LLN.


    Un magasin pas comme les autres

    L'épicerie propose des produits de base pour l'alimentation, l'hygiène et l'entretien pour les personnes qui ont obtenu l'accord d'un CPAS partenaire. Le montant maximum de vos achats est ajusté en fonction de votre composition familiale.
    Ouverture le mardi de 11h à 14h, uniquement sur rendez-vous.
    Pour obtenir l'accord, contactez le CPAS au 010 620 730.


    L’épicerie solidaire des Vents du Sud est, quant à elle, localisée 12, Rue des Bruyères à Louvain-La-Neuve. Pour tout renseignement, vous pouvez vous adresser à Nicole TERNEST, au 0492/90.29.30.

    Les conditions d'accessibilité varient d'une épicerie sociale à l'autre.


    3.  Formations 1ers secours : Le brevet européen de premiers secours (BEPS)

    Tout au long de la formation, vous reproduirez le schéma à suivre au cours de tout type d’intervention afin d’administrer les premiers soins efficacement et en toute sécurité, ainsi que la manière de communiquer les informations pertinentes aux services de secours (112).

    Au cours de la formation, vous:

    ·         entrainerez à la réanimation et la défibrillation de l’adulte, la désobstruction, la position latérale de sécurité, la stabilisation de la tête en cas de suspicion de traumatisme crânien, cervical ou dorsal et

    ·         apprendrez les conduites à tenir en cas de malaise cardiaque, accident vasculaire cérébral, hémorragie, membre sectionné, plaie, brulure, fracture, intoxication, etc.

    En pratique

    ·         La formation dure de 12 à 15 heures

    ·         Son prix est de 45 euros par personne, tarif incluant également le manuel remis lors de la formation, ainsi que le brevet BEPS

    ·         L’âge minimum pour y participer est de 12 ans. Entre 12 et 15 ans, il est impératif d’être accompagné d’un majeur. L'accompagnant devra également participer à la formation et s'acquitter des frais d'inscription.

    ·         La participation à la totalité de la formation est requise (notamment pour l’obtention du brevet)

    ·         Les inscriptions sont obligatoires

    ·         Il n’y a pas d’examen

    Cette formation s’adresse à tout le monde. Vous pouvez contacter la permanence téléphonique au 010/418866

    4.  Location de matériel paramédical

    Toutes catégories de matériel médical : lits, chaise roulante, béquilles, etc. …

     Un prix raisonnable. L’autonomie ne doit pas être un luxe mais un droit, quelle que soit votre situation. C’est pourquoi la Croix-Rouge vous propose des prix de location transparents et à la portée de toutes les bourses.

     Une disponibilité dans les 24h. La location et la livraison d’un lit médicalisé s’effectuent, le plus souvent, dans les 24 heures et tous les jours de la semaine (y compris le week-end dans certains cas d’urgence) grâce aux quelque 130 dépôts de matériel de la Croix-Rouge à Bruxelles et en Wallonie.

     Nos bénévoles sont là pour vous. Vous pensez que votre lit médicalisé sera trop compliqué à utiliser? Pas d’inquiétude: les bénévoles de la Croix-Rouge se déplacent chez vous pour vous familiariser, pas à pas, avec l’utilisation de votre matériel.

     Un service complet. La Croix-Rouge prend tout en charge pour vous: livraison, montage, démontage, enlèvement, entretien et désinfection du lit médicalisé en location. Parce que la santé n’attend pas, un service de garde (urgences) est également assuré par nos bénévoles dans de nombreuses Maisons Croix-Rouge le week-end.

     Un service accessible à tous, au bénéfice de tous. Que vous soyez affilié à une mutuelle ou non, vous pouvez louer du matériel paramédical de la Croix-Rouge. Les bénéfices que nous réalisons sur cette location nous permettent de financer nos actions de solidarité dans votre région.

    Exemple de matériel à louer avec tarif au 01/03/2021 :

    Matériel

    Location mensuelle

    Caution

    Béquille adulte max 100 Kg

    2,00€

    4,00€

    Chaise de toilette

    12,00€

    24,00€

    Cadre de marche deux roues fixe adulte max 120kg

    9,00€

    18,00€

    Rollator 3 roues pliable (100 kg)

    9,00€

    18,00€

    Canne quadripode à roulette (Wheeleo)

    20,00€

    50,00€

    Fauteuil roulant Adulte à pousser étroit avec freins (40) 125 kg

    22,00€

    40,00€

    Vélo d'appartement (120 kg)

    18,00€

    36,00€

    Fauteuil relax électrique 2 fonctions

    35,00€

    70,00€

    Lève personne hydraulique

    25,00€

    50,00€

    Lit électrique barrières libres 3 fonctions (150 kg)

    47,00€

    94,00€

    Aérosol/inhalateur

    11,00€

    22,00€


    Le fruit de la location et de la vente de matériel paramédical sert à maintenir le parc de matériel en parfait état de fonctionnement, mais également à financer nos actions de lutte contre la faim et la vulnérabilité en Belgique. Rendre service aux uns, qui rendent à leur tour service aux autres !

    Rue de Franquenies 10, 1341 Ottignies

    Du lundi au vendredi de 9h30 à 12h
    Permanence Téléphonique:
      010/410741

    5.   Vestiboutique : dans nos Vestiboutiques, vous trouverez de la seconde main de qualité à petit prix. Et même une tasse de café!

    POUR QUI?

    Pour tout le monde! Vous trouverez votre bonheur dans nos boutiques si:

    • Vous êtes à l’affût de jolies trouvailles à petit prix pour toute la famille.
    • Vous souhaitez consommer de manière durable et éviter le gaspillage.
    • Vous avez des fins de mois difficiles.
    • Vous voulez participer à une économie solidaire et améliorer les conditions d’existence des personnes en situation précaire.

    ACHAT SOLIDAIRE

    Vos achats servent à financer les actions locales de la Croix-Rouge. En achetant vos vêtements à la Vestiboutique, vous aidez aussi les plus démunis de votre région (aide alimentaire et de première nécessité, visite à domicile etc).

    RÉDUCTION OU GRATUITÉ POUR LES PLUS DÉMUNIS

    Vous êtes en difficulté financière? Vous pouvez bénéficier de réduction, voire de la gratuité. Comme un millier de familles en difficulté, qui s’habillent chaque mois dans l’une de nos 82 Vestiboutiques.

    Les dons de Vêtements, chaussures, accessoires et linge de maison se font uniquement sur R-V au 0479/041833 (maximum 2 sacs/caisses)

    Adresse: Boulevard Martin 3, 1340 Ottignies

    Horaires:

    Mardi au Vendredi : de 9h30 à 17h
    Samedi : de 9h30 à 13h
    Permanence Téléphonique:
    0479/041833


    6. Brocante

    Les achats et les dépôts de font les vendredis matin de 9h à 12h.

    Nous prenons : des jeux pour enfants, des objets de brocante et des livres.

    Nous ne prenons pas : des meubles, des jeux incomplets, des magazines, des encyclopédies, des cassettes vidéos et des objets trop volumineux.


    7. Bouquinerie

    La bouquinerie est ouverte tous les vendredis matin de 9h30 à 12heures

    Les dons se font sur rendez-vous au 0486 73 12 80

    Une grande brocante de livres au profit des activités de la Croix-Rouge sera organisée dans les locaux de la Maison Croix-Rouge d’Ottignies 10/3 Rue de Franquenies à 1341 Ottignies-LLN le week-end du 12 au 14 mars 2021.


    8.  Le don de sang

    Nous avons déjà développé dans notre courrier de décembre 2020 la thématique du don de sang. En termes de bénévolat dans le cadre des activités de la Maison Croix-Rouge, la MCR est toujours à la recherche de bénévoles pour l’accompagnement des donneurs et des équipes médicales sur place. Ces dons de sang ont lieu 4 fois par an en 4 endroits différents de l’entité Ottignies-LLN, Court-Saint-Etienne : Collège Saint-Etienne, école Saint Pie X au Petit Ry et la Salle paroissiale « Local Blanc » à Ottignies. Toutes les informations concernant les dates et lieux de don de sang sont disponibles à l’adresse  http://www.donneurdesang.be/fr/ et vous pouvez contacter le responsable à l’adresse :  xavier.jacobs@volontaires.croix-rouge.be



  • Le Chiffre du mois



    Ces 353,1 hectares représentent 13,1% du territoire de la commune de Court-Saint-Etienne. L’affectation « logement » représentait en 2020 13,0% du territoire du Brabant wallon, 6,8% du territoire wallon et 10,9% du territoire belge.

    Cette même superficie était à Court-Saint-Etienne de 171,9 hectares en 1982, soir une augmentation 105,4% au cours des quarante dernières années, contre 97,1% dans le Brabant wallon, 77,9% en Wallonie et 84,1% sur l’ensemble de la Belgique.

    L’accroissement de l’espace destiné au logement se fait principalement au détriment d’une réduction de 93 hectares des terres agricoles, de 49 hectares de prés et pâtures et de 35 hectares de bois.


    Evolution de l'occupation du sol de Court-Saint-Etienne de 1982 à 2020 suivant le cadastre





    Source : Statbel  Statistiques de l’occupation du sol

    https://statbel.fgov.be/fr/themes/construction-logement/occupation-du-sol-selon-le-registre-cadastral#figures 


  • Atelier vélo au Quatre Quarts